Rechercher dans :

Diplômés de l'Université de Montréal

Je m'implique

à

um-section-4-ul


Francine Laplante, Criminologie 1991

 
Isabelle Beaulieu

Dès l’adolescence, Francine Laplante travaille dans l’entreprise de fruits et légumes de son beau-frère. La famille prend d’ailleurs encore aujourd’hui une place considérable dans la vie de celle qui a été vice-présidente de Chenail Fruits et Légumes pendant plus de 20 ans et qui porte aujourd’hui les chapeaux de copropriétaire de la chaîne Citron que c’est bon!, de propriétaire d’Un zeste de génie, de présidente de la Fondation des Gouverneurs de l’espoir, et de présidente de la Fondation Néz pour vivre.

Forte d’un baccalauréat en criminologie, elle démontrera rapidement un intérêt pour le monde des affaires, dans lequel elle occupe un poste prestigieux dans une grande entreprise d’ici. En ce sens, les études universitaires lui auront permis d’acquérir les outils nécessaires pour faire face aux défis et réalités de notre société.

Mais c’est dans le milieu de la philanthropie qu’elle touchera et inspirera. Sa détermination d’entrepreneure jumelée à son cœur de mère de cinq enfants ont permis, jusqu’à maintenant, la création de deux organismes et l’important financement de la recherche en oncologie pédiatrique.

Le diagnostic d’un lymphome lymphoblastique de stade trois avancé chez son fils, François-Karl, a été la bougie d’allumage qui a mené à un véritable engagement de Madame Laplante. Non seulement a-t-elle été impliquée dans les deux ans de traitements de son fils, appuyée par toute la famille, mais elle a également contribué à amasser près de 800 000 $ au profit de Leucan, entre 1998 et 2002.

Puis, en 2002, elle a voulu s’investir encore plus en s’assurant de la bonne utilisation des fonds : est alors née la Fondation des Gouverneurs de l’espoir, un organisme qui avait pour mission première d’instituer une chaire de recherche et de la soutenir. La Chaire François-Karl Viau en oncogénomique pédiatrique a vu le jour à l’Université de Montréal. La Fondation est également à l’origine de la création de chambres de fin de vie au CHU Sainte-Justine, tout en soutenant de nombreuses familles qui traversent l’épreuve du cancer. Depuis l’annonce de la rémission de son fils, un total de 8 millions de dollars a été amassé. Francine Laplante poursuit ses actions avec le même dévouement, en mémoire de ceux qui ont quitté et en hommage à ceux qui doivent composer avec la maladie.

En 2014, madame Laplante a créé une nouvelle fondation, Néz pour vivre, qui se donne pour mission d’aider les jeunes adultes aux prises avec un cancer. Et sa bonté ne s’arrête pas là puisqu’elle se rend au chevet de jeunes malades du CHU Sainte-Justine, à titre de bénévole, pour offrir espoir et réconfort. Au fil des ans, elle aura accompagné près de 30 enfants et jeunes adultes en fin de vie tout en soutenant de nombreuses familles.

Francine Laplante est récipiendaire de la Médaille de l’Assemblée nationale du Québec et des prix Femme de mérite et Femme d’affaires du Québec, de même que du prix Hommage spécial de l’AFP dans le cadre de la Journée philanthropie 2015.

Lisez le portrait qui avait été rédigé en 2007 sur Francine Laplante


LinkedIn | Youtube | iTunes U   rss